L'actualité de la santé

Toutes les actualités de la santé en un click

COVID-19 : les tests rapides antigéniques autorisés pour le dépistage collectif

Auteur : David PAITRAUD
Date de publication : 17/09/2020
Santé Publique

Par arrêté du 15 septembre 2020, la réalisation des tests rapides nasopharyngés d'orientation diagnostique antigéniques peut désormais être autorisée dans le cadre d'opérations collectives de dépistage du SARS-CoV-2. 

Ces tests s'adressent à toute la population, à l'exception des personnes symptomatiques ou des personnes identifiées cas contact. 
En cas de résultat positif, celui-ci doit être confirmé par un test de détection du génome SARS-CoV-2 par RT-PCR. 

Ce même arrêté du 15 septembre autorise par ailleurs les masseurs-kinésithérapeutes à réaliser un prélèvement nasopharyngé en vue d'un test virologique (RT-PCR ou antigénique), sous certaines conditions.


Après une première expérimentation lancée le 9 septembre 2020 dans les établissements de l'AP-HP (assistance publique des hôpitaux de Paris), le ministre de la Santé a autorisé par arrêté du 15 septembre 2020 l'utilisation des tests rapides nasopharyngés d'orientation diagnostique antigéniques dans le cadre d'opérations collectives de dépistage du SARS-CoV-2 sur l'ensemble du territoire national (cfEncadré 1). 
 
Encadré 1 - Tests virologiques : RT-PCR versus antigéniques 
(d'après Fiche pédagogique tests COVID, HAS 2020)

 
Tests RT-PCR 
(polymerase chain reaction)
Tests de détection
antigénique
Objectif Détection du génome viral
(ARN)
Détection des antigènes du virus (protéines)
Utilisation À la phase aiguë de l'infection
Prélèvements Nasopharyngés ou des voies respiratoires basses
Intérêt Haute sensibilité du fait de l'amplification du génome viral Rapidité d'obtention des résultats liée à la facilité de réalisation du test sur bandelette réactive (15 à 30 minutes)
Limite Délai d'obtention (théorique) des résultats en 24 heures, lié à la nécessité de réaliser des cycles d'amplification par une machine Sensibilité faible en cas de charge virale basse
 
Opérations collectives de dépistage par test antigénique : pour qui, par qui ? 
Les opérations collectives de dépistage par des tests antigéniques peuvent être autorisées par le ministre de la Santé, sur proposition des directeurs des ARS (Agence régionales de Santé). 
Les dispositifs utilisés doivent obligatoirement porter le marquage CE. 
 
Qui peut être testé dans ces conditions ? 
Les tests antigéniques réalisés lors des opérations collectives de dépistage du SARS-CoV-2 s'adressent à toutes les personnes, à l'exception : 
  • des personnes présentant des symptômes d'infection par le virus SARS-CoV-2 ;
  • des personnes identifiées comme "cas contacts" dans le cadre du dispositif “Contact covid” mené par l'Assurance maladie.

Qui peut réaliser les tests antigéniques ?
Selon l'arrêté du 15 septembre 2020, la réalisation des prélèvements nasopharyngés en vue des tests antigéniques est confiée : 
  • aux médecins, 
  • ou sous la responsabilité d'un médecin :
    • à un autre professionnel de santé, 
    • à d'autres professionnels (cf. Encadré 2).
Les résultats positifs doivent être constatés par un professionnel de santé.

Encadré 2 - Personnes, autres que les professionnels de santé, habilités à réaliser les prélèvements nasopharyngés pour tests antigéniques (article 25, paragraphes IV, V, VI, VII et IX - arrêté du 10 juillet 2020 actualisé)
  • Personnes possédant un diplôme dans le domaine de la biologie moléculaire ou justifiant d'une expérience professionnelle d'au moins 1 an,
  • étudiants en médecine et en soins infirmiers ayant validé la première année d'étude du cursus de formation et ayant été formés à la réalisation de ce prélèvement, 
  • techniciens de laboratoire médical,
  • infirmiers diplômés d'Etat,
  • aides-soignants,
  • sapeurs-pompiers de Paris  titulaires de leur formation élémentaire en filière "sapeur-pompier de Paris" (SPP) ou filière "secours à victimes" (SAV) ou titulaires de leur formation élémentaire en filière "spécialiste" (SPE),
  • marins pompiers de Marseille détenant le brevet élémentaire de matelot pompier (BE MOPOMPI) ou le brevet élémentaire de pompier volontaire (BE MAPOV) ou le brevet élémentaire de sécurité et logistique (BE SELOG),
  • équipiers secouristes des associations agréées de sécurité civile, titulaires de l'unité d'enseignement "premier secours en équipe niveau 2" à jour de leur formation continue, 
  • masseurs kinésithérapeutiques (cf. Paragraphe suivant).

Prélèvements nasopharyngés : les masseurs kinésithérapeutes en renfort
Autre nouveauté introduite par l'arrêté du 15 septembre 2020, les masseurs-kinésithérapeutes sont désormais autorisés à réaliser les prélèvements nasopharyngés (cf. Encadré 3) en vue : 
  • d'un test de détection du génome SARS-CoV-2 par RT-PCR, 
  • d'un test rapide nasopharyngé d'orientation diagnostique antigénique.

Encadré 3 - Conditions requises pour le prélèvement nasopharyngé par les masseurs-kinésithérapeutes
  • Le prélèvement est envisagé lorsque les laboratoires de biologie médicale ne disposent pas du nombre de personnels nécessaire.
  • Le masseur-kinésithérapeute atteste avoir suivi une formation spécifique à la réalisation de l'examen dispensée par un médecin ou un biologiste médical.

L'acte de prélèvement nasopharyngé réalisé par les masseurs-kinésithérapeutes en vue d'un test RT-PCR sur un patient suspecté d'infection par le virus SARS-CoV-2 est valorisé à hauteur :
  • d'un AMK (honoraire acte) 4,54 pour un prélèvement réalisé en laboratoire, en cabinet ou dans une structure dédiée à la réalisation de prélèvements de patients suspectés d'infection COVID-19,
  • d'un AMK 6,15 pour un prélèvement réalisé à domicile.

Pour aller plus loin
Arrêté du 15 septembre 2020 modifiant l'arrêté du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans les territoires sortis de l'état d'urgence sanitaire et dans ceux où il a été prorogé (Journal officiel du 16 septembre 2020 - texte 24)
 

Source : ©Vidal 2019