MINI-SINTROM : deux comprimés au lieu d'un dans les alvéoles des blisters de certains lots

Auteur : David PAITRAUD
Date de publication : 05/11/2019
Médicaments

Certains lots de l'anticoagulant MINI-SINTROM 1 mg comprimé (acénocoumarol) peuvent présenter un défaut, à savoir la présence de deux comprimés au lieu d'un dans une enveloppe du blister.
Ces lots ont été distribués en pharmacie. 

Par mesure de précaution et pour éviter un risque de surdosage lié à la prise d'une dose trop élevée d'acénocoumarol, l'Agence du médicament (ANSM) demande aux pharmaciens de vérifier les blisters de MINI-SINTROM avant de remettre les boîtes aux patients. 
Ce contrôle est applicable jusqu'à la mise à disposition de nouveaux lots ne présentant pas ce défaut (aucune date n'est avancée). 

Si un défaut de conditionnement est identifié :

  • à la pharmacie : la boîte défectueuse ne doit pas être délivrée et doit être renvoyée au laboratoire ;
  • par le patient : la boîte défectueuse doit être rapportée à la pharmacie.

Enfin, si le patient pense avoir pris 2 comprimés au lieu d'un, il doit consulter son médecin traitant pour une évaluation de l'équilibre du traitement AVK.

Les pharmaciens sont alertés sur une anomalie de conditionnement rapportée sur certains lots de l'anticoagulant à base d'acénocoumarolMINI-SINTROM 1 mg comprimé (cf. Encadré 1). 
 
Encadré 1 - Indications thérapeutiques de MINI-SINTROM
  • Cardiopathies emboligènes : prévention des complications thrombo-emboliques en rapport avec certains troubles du rythme auriculaire (fibrillations auriculaires, flutter, tachycardie atriale), certaines valvulopathies mitrales, les prothèses valvulaires.
  • Prévention des complications thrombo-emboliques des infarctus du myocarde compliqués : thrombus mural, dysfonction ventriculaire gauche sévère, dyskinésie emboligène, en relais de l'héparine.
  • Traitement des thromboses veineuses profondes et de l'embolie pulmonaire ainsi que la prévention de leur récidive, en relais de l'héparine (CfVIDAL Recos "Embolie pulmonaire" et "Thrombose veineuse profonde").

Ce défaut consiste en la présence de 2 comprimés, intacts ou abîmés (le 2e comprimé était parfois écrasé), au lieu d'1 dans une enveloppe (alvéole) du blister de MINI-SINTROM (cf. Figure 1).
 
Figure 1 - Photo montrant la présence de 2 comprimés de MINI-SINTROM au lieu d'1, dans une enveloppe de blister (source : ANSM)

Le risque d'observer ce défaut dans un même blister est faible et concerne particulièrement les lots suivants :

  • 1804845, date d'expiration 10/2019,
  • 1802545B, date d'expiration 01/2021,
  • 1802546B, date d'expiration 01/2021.
 
Pour rappel, lorsque la valeur de l'INR avant le début du traitement est comprise dans les normes habituelles, la dose initiale de MINI-SINTROM, toujours probatoire, doit être aussi proche que possible de la dose d'équilibre. Elle est habituellement comprise entre 2 mg/jour et 4 mg/jour, soit 2 à 4 comprimés, en une prise par jour, à la même heure et de préférence le soir. La dose d'équilibre est déterminée en adaptant la dose initiale en fonction de l'INR.

Une première alerte en septembre 2019
En septembre dernier (notre article du 18 septembre 2019), ce défaut a conduit au rappel du lot 1801037 (date d'expiration 30/09/2019) auprès des pharmacies, des hôpitaux et des patients, afin de limiter le risque d'exposition à un surdosage. 

En effet, la présence de 2 comprimés au lieu d'1 dans une des loges d'un blister de MINI-SINTROM peut entraîner une erreur de posologie, à savoir la prise d'un nombre de comprimés supérieur à celui prescrit, avec pour conséquence un surdosage en AVK (cf. Encadré 2).
 

Encadré 2 - Prise en charge d'un surdosage en AVK
Lors d'un traitement par AVK, la prise en charge d'un surdosage devra tenir compte de la demi-vie de la spécialité, de l'indication (en particulier en cas de valves mécaniques pour lesquelles une correction trop rapide est redoutée) et des caractéristiques propres au malade (âge, risque hémorragique, comorbidités, etc.).
Les mesures de correction proposées sont progressives pour ne pas provoquer un risque de thrombose.

Dans le cadre de la prise en charge d'un surdosage asymptomatique, il est recommandé de privilégier une prise en charge ambulatoire, si le contexte le permet.
L'hospitalisation est préférable s'il existe un ou plusieurs facteurs de risque hémorragique individuel.

Pour la Conduite à tenir en cas de surdosage asymptomatique ou d'hémorragie non grave et la Conduite à tenir en cas d'hémorragie grave : cf. Monographie VIDAL de MINI-SINTROM - Rubrique Surdosage.

En pharmacie, vérifier les blisters avant de remettre le médicament au patient
De façon temporaire, il est demandé aux pharmaciens d'être vigilants lors de la dispensation de MINI-SINTROM (notamment des 3 lots incriminés) et de vérifier les blisters avant de les remettre aux patients.

Ce défaut est facilement détectable en regardant les blisters sur leur face transparente. Lorsque 2 comprimés sont observés dans la même alvéole, l'un ou l'autre peut être écrasé. 

Si le défaut est identifié, la boîte ne doit pas être dispensée au patient et doit être retournée au laboratoire. 

Un contrôle industriel renforcé
Selon les informations communiquées par l'ANSM (Agence française de sécurité du médicament et des produits de santé), ces mesures de contrôle sont provisoires.
Les prochains lots de MINI-SINTROM qui seront commercialisés feront l'objet d'un contrôle industriel renforcé, afin de vérifier qu'ils ne présentent pas le défaut avant leur distribution aux pharmacies.

Des recommandations aux patients
Les patients doivent être informés de ce défaut potentiel et de la conduite à tenir s'il est identifié. Avant de prendre le médicament, ils doivent vérifier chaque enveloppe transparente du blister de leur médicament MINI-SINTROM : 1 enveloppe doit contenir 1 seul comprimé intact.

Si un blister présente dans une enveloppe (alvéole) 2 comprimés l'un sur l'autre ou 1 comprimé et de la poudre, la boîte de MINI-SINTROM doit être rapportée à la pharmacie pour échange.
La nouvelle boîte sera contrôlée avant la délivrance. 
Dans l'attente de pouvoir rapporter la boîte au pharmacien, le patient peut prendre un comprimé d'une autre enveloppe.
Si un patient pense avoir pris 2 comprimés au lieu d'1 à partir de la même enveloppe, il doit en parler à son médecin traitant pour qu'il réévalue l'équilibre du traitement AVK grâce à la prescritption d'un INR.

Pour aller plus loin
L'ANSM demande aux pharmaciens de vérifier les blisters de Minisintrom 1 mg au moment de leur dispensation - Point d'information (ANSM, 31 octobre 2019)
Document-support à la prescription/dispensation : Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (ANSM, octobre 2018)

Sur VIDAL.fr
MINI-SINTROM : rappel d'un lot suite à un défaut de conditionnement (18 septembre 2019)

Source : ©Vidal 2019