L'actualité de la santé

Toutes les actualités de la santé en un click

Obésité et vulnérabilité accrue à la COVID-19 : stratégie de suivi des patients obèses

Auteur : David PAITRAUD
Date de publication : 22/04/2020
Santé Publique

La DGS (Direction générale de la Santé) a publié une fiche spécifique sur la prise en charge des patients obèses en période d'épidémie de COVID-19
Cette population apparaît particulièrement vulnérable vis-à-vis de l'infection par le SARS-CoV-2 ; près de 1 patient infecté sur 2 admis en réanimation est en situation d'obésité. 

La stratégie de prise en charge des personnes obèses en période de COVID-19 prônée par la DGS s'articule autour de 3 axes majeurs :

  • réduire le risque de contamination par l'information et la prévention, 
  • encourager la continuité des soins, chez les sujets obèses et les personnes ayant subi une chirurgie bariatrique,
  • dépister et surveiller les patients ayant des signes d'infection par le SARS-CoV-2.  

Selon une étude menée par les équipes du CHRU de Lille, plus de 47 % des patients infectés entrant en réanimation sont en situation d'obésité. 
En outre, l'obésité augmente significativement le risque d'être placé sous respiration mécanique invasive.
Plus l'obésité est sévère (IMC supérieur à 35 kg/m2, OR = 7,36 vs IMC < 25 kg/m2), plus ce risque est marqué, indépendamment de l'âge, de l'hypertension artérielle et du diabète. 

Ces données confirment l'importance de considérer l'obésité comme :

  • un facteur de risque indépendant, expliquant à lui seul le risque accru de développer une forme grave de COVID-19 ;
  • un facteur de risque secondaire en raison des pathologies associées (diabète, hypertension artérielle, maladie cardiovasculaire et respiratoire). 

Une population à protéger et prendre en charge en priorité
Tenant compte du facteur de risque que représente l'obésité en période d'épidémie COVID-19, la DGS (Direction générale de la Santé) a précisé la stratégie de prise en charge des personnes obèses. 

Cette stratégie s'organise autour de trois axes majeurs : 

  • informer des risques associés à l'obésité et renforcer la prévention auprès des personnes obèses et de leurs proches, 
  • faciliter le repérage et l'orientation en cas de suspicion d'infection, 
  • éviter une rupture de continuité des soins. 

Axe 1 : informer et prévenir
Le respect des gestes barrières et des règles de confinement est primordial et permet de protéger les personnes obèses d'une contamination par le SARS-CoV-2. 

Pour réduire le risque d'exposition virale, les personnes présentant une obésité (comme l'ensemble des personnes présentant un risque de développer une forme grave d'infection) peuvent bénéficier d'un arrêt de travail à titre préventif. 

Plus précisément, l'arrêt de travail à titre préventif s'adresse :

  • à toutes les personnes en situation d'obésité, en ALD (affection de longue durée) ou non, et qui ne peuvent prétendre au télétravail ;
  • aux personnes confinées avec un proche en situation d'obésité, afin de le protéger. 

Axe 2 : assurer la continuité des soins
Le confinement ne doit pas empêcher la continuité des traitements en cours et du suivi médical, qu'il s'agisse des personnes obèses ou des personnes ayant subi une intervention de chirurgie bariatrique.
L'AFERO (Association française d'étude et de recherche sur l'obésité) a mis à leur disposition un livret (version du 10 avril 2020) récapitulant les conseils majeurs à suivre en période de confinement, en termes d'alimentation, d'exercice physique ou de prise des médicaments. 

Les patients peuvent également se référer aux publications suivantes : 

  • recommandations du PNNS (plan national nutrition santé), adaptées pour prendre en compte les conditions de confinement ; 
  • recommandations de l'ANSES (Agence nationale de sécurité de l'alimentation, environnement et travail) pour maintenir une activité physique et limiter la sédentarité en période de confinement. 

Pour les professionnels de santé, la HAS (Haute Autorité de Santé) a édité des "Réponses rapides relatives aux pathologies chroniques et aux risques nutritionnels en ambulatoire"

Enfin, la téléconsultation et le télésuivi doivent être privilégiés chaque fois que possible, pour maintenir un lien avec le soignant. Ces consultations à distance sont prises en charge par l'Assurance maladie à 100 % (cf. Tableau récapitulatif des professionnels de santé autorisés à exercer à distance). 

Axe 3 : dépister et prendre en charge une suspicion de COVID-19 chez un patient obèse
Conformément à l'avis du HCSP du 31 mars 2020, les personnes obèses font partie des populations prioritaires pour accéder aux tests virologiques de diagnostic, en cas de suspicion d'infection COVID-19. 

La DGS rappelle que les personnes suivantes sont reconnues à risque de formes graves de COVID-19 dès lors qu'elles en présentent des symptômes évocateurs :

  • obésité morbide (IMC > 40 kg/m2), par analogie avec la grippe A (H1N1), 
  • obésité avec IMC > 30 kg/m2.
En cas d'infection COVID-19, la prise en charge repose sur une surveillance accrue, notamment à l'aide de plateformes de surveillance à distance. Cette surveillance permet la détection précoce de signes respiratoires. 

Pour aller plus loin 
Prise en charge de l'obésité et prise en charge des personnes âgées à domicile dans le contexte COVID-19 (DGS-URGENT, alerte eu 21 avril 2020)
Prise en charge des personnes en situation d'obésité dans le cadre de la gestion de l'épidémie de COVID-19 (fiche à l'attention des professionnels libéraux et hospitaliers - Ministère des Solidarités et de la Santé, 20 avril 2020)

VIDAL Recos en lien avec l'obésité
VIDAL Reco "Obésité"
VIDAL Reco "Diététique : obésité"
VIDAL Reco "Rééducation fonctionnelle : obésité"

Source : ©Vidal 2019