L'actualité de la santé

Toutes les actualités de la santé en un click

Pénurie de DEPAMIDE et DEPAKOTE : ne pas initier de nouveaux traitements

Auteur : David PAITRAUD
Date de publication : 02/01/2020
Médicaments

Les tensions d'approvisionnement en DEPAMIDE 300 mg comprimé pelliculé gastrorésistant (valpromide), DEPAKOTE 250 mg comprimé gastrorésistant et DEPAKOTE 500 mg comprimé gastrorésistant (divalproate de sodium) persistent et devraient perdurer jusqu'en février 2020. 

Pendant cette période de pénurie, afin de réserver ces médicaments aux patients en cours de traitement, l'ANSM demande aux professionnels de santé de ne pas initier de traitement par DEPAMIDE et DEPAKOTE.

La prise en charge des épisodes maniaques du trouble bipolaire repose en première intention sur le lithium. D'autres médicaments comme la carbamazépine ou des antipsychotiques peuvent être utilisés en initiation de traitement. 

L'ANSM met par ailleurs en garde contre un report de prescription vers les spécialités de valproate de sodium (DEPAKINE et DEPAKINE CHRONO), qui n'ont pas d'indication en psychiatrie. 


Les spécialités DEPAMIDE 300 mg comprimé pelliculé gastrorésistant (valpromide),  DEPAKOTE 250 mg comprimé gastrorésistant et DEPAKOTE 500 mg comprimé gastrorésistant (divalproate de sodium) font l'objet de tensions d'approvisionnement suite à des difficultés de production rencontrées par le laboratoire Sanofi (cf. Encadré 1).

Annoncées pour durer jusqu'en février 2020, ces tensions d'approvisionnement consistent en : 

 
Encadré 1 - Indications thérapeutiques de DEPAMIDE et DEPAKOTE
Chez l'adulte, traitement des épisodes maniaques du trouble bipolaire en cas de contre-indication ou d'intolérance au lithium.
La poursuite du traitement après l'épisode maniaque peut être envisagée chez les patients ayant répondu au valpromide ou au divalproate de sodium lors de l'épisode aigu.

Mesures provisoires pour préserver les stocks : pas de nouveaux traitements et recours aux alternatives
Dans ce contexte persistant de rupture de stock, l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) demande aux professionnels de santé qui assurent le suivi des patients bipolaires adultes (cf. VIDAL Reco "Trouble bipolaire")  :

Pour rappel, dans la prise en charge des épisodes maniaques du trouble bipolaire chez l'adulte, le lithium est le traitement de première intention. 
La prescription de DEPAMIDE ou DEPAKOTE ne doit être envisagée qu'en cas de contre-indication ou d'intolérance au lithium.
 
Attention au report de prescription vers DEPAKINE 
D'après les informations collectées par l'ANSM, les tensions d'approvisionnement sur DEPAMIDE et DEPAKOTE peuvent entraîner des reports de prescription vers les spécialités de valproate de sodium DEPAKINE 200 mg comprimé gastro-résistant et DEPAKINE CHRONO 500 mg comprimé pelliculé sécable à libération prolongée.
 
  • Pas d'indication en psychiatrie
Le valpromide et le divalproate de sodium sont en effet des molécules apparentées au valproate de sodium. 
Cependant, l'ANSM rappelle que les spécialités DEPAKINE sont uniquement indiquées en neurologie dans le traitement de l'épilepsie (cf. VIDAL Recos "Epilepsie de l'adulte" et "Epilepsie de l'enfant") en raison de leur propriété anticonvulsivante. 
 
  • Contre-indication chez les femmes enceintes et en âge de procréer sans contraception
Elle rappelle également que, comme le valpromide et le divalproate de sodium, le valproate de sodium est associé à des risques malformatifs et neuro-développementaux en cas d'exposition in utero (DEPAKINE, DEPAKINE CHRONO, MICROPAKINE et génériques) et, de ce fait, est contre-indiqué :
  • chez les femmes enceintes, sauf en l'absence d'alternative thérapeutique appropriée ;
  • chez les femmes en âge de procréer, sauf si toutes les conditions du programme de prévention des grossesses sont remplies. 

Pour aller plus loin 
Tensions d'approvisionnement des spécialités Dépamide et Dépakote : éviter d'initier un traitement à base de valproate chez les patients présentant des épisodes maniaques du trouble bipolaire - Point d'information (ANSM, 20 décembre 2019)

Source : ©Vidal 2019